Maladies maladies des chats

Lymphosarcome rénal (rein) chez les chats

Lymphosarcome rénal (rein) chez les chats

Lymphosarcome rénal félin

Le lymphosarcome est un terme général pour les cancers malins des tissus lymphoïdes, qui peuvent toucher plusieurs organes, y compris les reins. Le lymphosarcome est un type de cancer très courant chez les chiens et les chats, mais la forme affectant le rein est beaucoup plus fréquente chez les chats que chez les chiens. Le lymphosarcome rénal est un cancer des reins chez le chat.

Le lymphosarcome est causé par des lymphocytes cancéreux, un type de globule blanc. Les chiens et les chats d'âge moyen à plus âgés sont touchés.

Le lymphosarcome est finalement une maladie mortelle, mais il entre souvent en rémission avec un traitement approprié. De nombreux animaux atteints de lymphosarcome rénal développent souvent une insuffisance rénale.

À surveiller

  • Perte de poids
  • Vomissement
  • La diarrhée
  • Petit appétit
  • Augmentation de la soif et de la miction
  • Hypertrophie abdominale
  • Léthargie

    Les animaux avec atteinte multi-organes peuvent montrer d'autres signes de maladie tels que des changements de comportement, un manque de coordination, en particulier des pattes postérieures chez les chats, une faiblesse extrême des membres postérieurs et une décoloration jaune de la peau (jaunisse).

  • Diagnostic du lymphosarcome rénal chez les chats

  • Histoire et examen physique. L'examen physique le plus courant est l'élargissement des deux reins chez les chats. Cela sera souvent appréciable par palpation abdominale (sensation de ventre de votre chat).
  • Numération globulaire complète. Un CBC évalue les globules rouges et blancs, ainsi que les plaquettes. Les patients atteints peuvent être anémiques (faible nombre de globules rouges) et peuvent présenter des signes de globules blancs anormaux en circulation, ainsi que des anomalies plaquettaires.
  • Profil biochimique. Ceci est important pour évaluer la fonction rénale et d'autres fonctions organiques. Cela peut aider à indiquer quels organes sont impliqués dans le processus de la maladie.
  • Analyse d'urine. L'analyse de l'urine fournit des informations supplémentaires sur la fonction rénale.
  • Radiographies thoraciques et abdominales. Des études d'imagerie des cavités corporelles permettent d'identifier l'étendue de l'atteinte cancéreuse et permettent une détermination objective de la taille des reins.
  • Échographie abdominale. Il s'agit d'une méthode non invasive pour obtenir plus d'informations sur l'architecture rénale. Il permet également l'examen des ganglions lymphatiques abdominaux, qui sont souvent hypertrophiés en cas de lymphosarcome.
  • Aspiration rénale à l'aiguille fine ou biopsie rénale. Le lymphosarcome peut généralement être diagnostiqué par une fine aiguille aspirée des reins affectés, dans laquelle le liquide est retiré par une aiguille. Il s'agit d'une procédure relativement non invasive, qui peut être effectuée avec une sédation minimale ou nulle. Si l'échantillon aspiré n'est pas diagnostique, une biopsie tissulaire du rein devra être effectuée.
  • La moelle osseuse est aspirée. L'obtention d'un échantillon de moelle osseuse est nécessaire si un lymphosarcome est suspecté, car il permet de déterminer la présence de cellules tumorales dans la moelle osseuse. Cela fait partie de ce qu'on appelle le processus de mise en scène du bilan diagnostique.
  • Traitement du lymphosarcome rénal chez les chats

  • Le traitement de choix pour le lymphosarcome est la chimiothérapie. Ce type de cancer est assez sensible aux médicaments de chimiothérapie.
  • La chimiothérapie implique des visites hebdomadaires chez votre vétérinaire et nécessite souvent un traitement par un vétérinaire interne ou un oncologue.
  • Soins à domicile et prévention

    Donnez tous les médicaments prescrits par votre vétérinaire. Certains médicaments de chimiothérapie sont administrés par voie orale, à domicile. La surveillance de la réponse au traitement ainsi que des effets secondaires de la chimiothérapie est importante. Vomissements, diarrhée, inappétence et léthargie sont des signes à surveiller à la maison.

    Il n'y a aucune mesure à prendre pour empêcher le développement d'un lymphosarcome rénal.